Bien choisir son spot

Publié le : 25/09/2019 - Catégories : Réussir sa session de vol

Comme vu dans l’article précédent, il faut que votre matos soit adapté à la force de vent, mais il est tout aussi important de choisir son spot en fonction de la direction du vent, pour que celui-ci soit le moins perturbé possible. 

Voici 2 exemples : 

Vent laminaire :

Sur la plage un vent qui vient de la mer n’est perturbé par aucun élément : c’est le vent idéal pour la pratique du cerf-volant.

Vent turbulent :

Dans une cour d’immeuble, on voit que le vent tourbillonne (par exemple en observant les feuilles mortes voler) : il est impossible de faire voler un cerf-volant dans ces conditions.  

                                                 

Un obstacle rencontré par le vent créé des perturbations, et pour retrouver un vent laminaire, il faut compter une distance d'au minimum 7 fois la hauteur de l’obstacle (20 fois étant l'idéal). 

Toutes sortes de choses peuvent perturber le vent et altérer le vol du cerf-volant : 

Arbres, immeubles, paillotes, clôtures, bannières...

"Quand c'est vent de terre rentre chez ta mère..."

Si on habite sur une ile : c’est le top, on change de spot pour avoir le vent qui vient de la mer. 

Sinon, on cherche un spot dégagé, et on se positionne le plus loin possible des obstacles : Avec des lignes de 35 mètres, il faudra prévoir un demi-cercle de 45 mètres de diamètre sous le vent : vous êtes le centre de ce cercle, et le cerf-volant au bout de ses lignes évolue dans un quart sphère, du rayon de la longueur des lignes. 

Prévoir une marge de 10 mètres, on n'est jamais vraiment statique au sol ;-)

Voici le parc de bagatelle, spot bien connu des pilotes parisiens : 

Si le vent souffle dans la longueur du terrain (flèche bleue), en se plaçant dans le fond du terrain on retrouve un vent de bonne qualité.

Par contre si il souffle en travers du terrain (flèches rouges), alors on n'a pas assez de place pour se dégager des turbulences créées par les arbres.

Mieux vaut alors chercher un spot orienté dans le bon sens. 

Spot de bagatelle

Voilà, maintenant il ne reste plus qu'à s'éloigner des aéroports, des routes, des fils électriques enfin de tout ce qui peut présenter un danger pour le pilote ou pour les autres!

Par temps orageux, les lignes humides sont conductrices pour la foudre : Benjamin Franklin l'a fait, mais maintenant que le paratonnerre existe, il n'y plus rien à prouver ;-) 

Le bon sens implique aussi de ne pas faire voler son cerf-volant au dessus des gens : Un cerf-volant peut atteindre une vitesse de 200 km/h par vent fort, et les lignes sont de véritables lames de rasoir lorsqu’elles sont tendues!!!!

Gaston

Benjamin Franklin

Bons vols, et à bientôt pour de nouveaux tuyaux!

Ce texte est la propriété de WinD-R : toute copie, même partielle est interdite sans autorisation préalable de l'auteur. 

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)